awards

HOTEL DE VILLE

Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Tribunes

Tribunes

Afin d’accéder rapidement au contenu, utilisez les raccourcis ci-dessous :

Majorité municipale Opposition municipale

 

MAJORITE MUNICIPALE

 

Levallois, une ville active !

 

Aujourd’hui l’INSEE dénombre plus de 10 000 établissements installés sur Levallois.

C’est un record historique et un signal fort de la vitalité économique de notre ville, dont le dynamisme ne s’est jamais essoufflé malgré les crises et la morosité du temps.

 

Une dynamique inscrite dans l’histoire de la ville
Car si une constante marque l’identité levalloisienne et ce, jusque dans nos armoiries qui en témoignent, c’est bien celle de l’esprit d’entreprise et d’initiative qui a fondé, il y a maintenant 150 ans, la commune imaginée et créée par Nicolas Levallois.

Un clin d’œil à notre histoire levalloisienne commune que vous avez d’ailleurs été très nombreux à découvrir ou redécouvrir lors de l’exposition Générations Levallois, célébrant, en mars dernier, le 150ème anniversaire de la ville.

 

Une ville actrice de son temps
Notre cité est jeune. Elle est surtout résolument entreprenante, à l’image des desseins de son fondateur.

Chaque jour, cet héritage anime et conduit notre engagement pour continuer à faire de Levallois une ville actrice de son temps, sachant se renouveler et réaménager son environnement urbain, pour offrir à chacun un cadre de vie et de travail toujours plus attractif.

Notre territoire, d’une si modeste superficie de 2,5 km2, accueille l’une des plus fortes densités d’entreprises de France…  C’est un véritable concentré d’initiatives !

Et qu’il semble déjà loin, ce passé industriel de Levallois, alors-même que les usines Citroën fabriquant les 2cv n’ont fermé qu’en 1988 !

Depuis, le chantier de reconstruction de notre ville sur elle-même a été permanent. Que de chemin parcouru depuis les arrivées des groupes BASF ou Lagardère situés sur ce qu’on appelait alors la ZAC Front de Seine, à SAP ou So Ouest dans le quartier Eiffel, en passant par les nouvelles implantations, plus récentes, de BNP Paribas ou encore L’Oréal. Le visage levalloisien se transforme et en bien, fort heureusement.

 

L’attractivité de demain se construit aujourd’hui
Loin de s’attarder à regarder dans le rétroviseur, le rôle de la Municipalité est de diriger dès à présent nos actions vers l’avenir, celui d’une ville toujours plus active.

Cette ambition, nous la construisons aux côtés des opérateurs privés qui continuent à s’investir et à revaloriser leurs biens sur Levallois.

Le dernier exemple en date est celui de la transformation du quartier de la Gare, bientôt désenclavé et dynamisé, avec pour pierre angulaire la livraison de l’immeuble de bureaux le Hub (15 000 m2) sur la place du 8 mai 1945. Ce sera aussi l’inauguration, ce mois-ci, de l’immeuble neuf, le Thaïs, qui développe 5 500 m2 de bureaux (dont la commercialisation est en bonne voie) et dont le parvis et la façade, en retrait de la chaussée, permettent d’aérer et de verdir un peu plus la rue Anatole-France.

 

Préserver les grands équilibres
Mais aujourd’hui, on se pose parfois la question de savoir pourquoi continuer d’œuvrer à l’attractivité de notre ville ?

En effet, l’État, notamment depuis ces cinq dernières années, s’ingénie à casser le dynamisme des villes comme Levallois.

Avec l’Association des Maires de France, réunissant les Maires de toutes obédiences, nous ne pouvons que déplorer l’impact des mesures fiscales qui découlent plus particulièrement de la création de la Métropole du Grand Paris.

Les conséquences sont préoccupantes, supprimant une large part de notre dynamique fiscale avec les entreprises et  amputant dans le même temps notre budget, par un jeu de dupes qui improvise sans cesse de nouvelles règles de péréquations entre villes.

Tant est si bien qu’effectivement l’on pourrait s’interroger sur l’intérêt de continuer à agir en faveur de l’attractivité économique de Levallois pour les entreprises…

Rappelons-nous cependant quelles sont nos forces et quels sont les grands enjeux de notre politique locale.

Le renouvellement constant de notre tissu économique est véritablement porteur de l’équilibre social de notre commune.

La présence de nos entreprises permet de générer autant d’emplois que la ville compte d’habitants. Une situation unique en France. Par ailleurs, un quart des Levalloisiens travaille  à Levallois, alors-même que nous ne sommes qu’à quelques encablures de Paris et de La Défense.

Chaque jour, Levallois s’anime et fourmille au gré des badauds profitant des enseignes de nos commerçants et artisans. Quotidiennement, la ville est rythmée par la vie salariée.

Autant d’activités économiques qui éloignent de nous, et de la plus belle des manières, le spectre d’une cité dortoir, morne et peu sécurisante.

Oui il y a de la vie à Levallois. Elle est familiale, elle est sportive et culturelle, elle est aussi professionnelle.

 

 

Jean-Yves CAVALLINI
Adjoint au Maire délégué au Développement économique, à l’Emploi et aux Relations internationales.
Président du Groupe de la Majorité municipale, Rassemblement Pour Levallois, Les Républicains, UDI, PCD.

 

 

 

OPPOSITION MUNICIPALE

 

  • Groupe « Levalloisiens – Renouveau de la Droite et du Centre »

 

Notre choix pour l’alternance

 

Nous, électeurs de la droite et du centre avons fait un choix clair à travers une primaire très réussie avec la mobilisation de plus de 4 millions de Français. Un choix fort issu d’une envie toute aussi forte de mettre fin à 5 ans d’errements, de reniements et d’échecs de François Hollande. Le choix de l’alternance ! Notre choix est celui d’un projet pour redresser la France et celui d’un responsable pour le porter avec courage et détermination.

 

Le projet est des plus clairs, à la différence de ceux concoctés dans les coulisses des partis ou qui entretiennent le flou pour rassembler démesurément au risque de l’immobilisme. Tant de temps a été perdu à tergiverser alors que chacun sait que pour redresser la France, il faut annoncer clairement les réformes pour pouvoir les réaliser ensuite rapidement avec toute la légitimité de l’élection présidentielle. Sur l’économie, le projet permet de reprendre le chemin de la croissance grâce à des baisses massives d’impôts et de charges, avec une profonde simplification de la réglementation et la décentralisation du dialogue social dans les entreprises. Et surtout de favoriser l’emploi avec l’assouplissement du marché du travail et un plan massif en faveur de l’apprentissage. Dans le domaine de l’éducation, après des années où les réformes absurdes et idéologiques se sont succédé, il convient de rappeler que « la famille est le premier lieu de l’éducation » ; il est également proposé de confier aux chefs d’établissement le recrutement des professeurs du second degré, de réformer le baccalauréat et d’assumer le principe de sélection à l’université. Ensuite pour rétablir l’autorité de l’Etat, il y a des propositions pour réorganiser et mieux équiper les forces de sécurité et aussi, en matière institutionnelle, pour moderniser le Parlement avec moins de députés et de sénateurs et fonctionner avec un gouvernement restreint. Ce ne sont là que quelques exemples d’actions à engager rapidement et à tenir dans la durée. Car ce qui est fondamental, c’est la conviction et l’énergie de notre candidat.

 

Il tire toute sa légitimité de la primaire et d’une attente profonde de renouveau. C’est lui qui est le plus à même d’engager la rupture. Cela lui a valu d’être attaqué de toutes parts ! Ces attaques n’ont d’autre objet que de tenter de faire disparaître la droite et le centre et d’esquiver le vrai débat. Nous sommes convaincus qu’il est le seul à pouvoir contrer Marine Le Pen et le seul à même de conduire les vraies réformes lorsqu’Emmanuel Macron entretient la confusion sur ses priorités en fonction de ses soutiens. Après tout le barnum politico-médiatique qui a empêché la campagne attendue par les citoyens, il a démontré constance et courage, des vertus devenues rares et qui seront mises à son actif.

 

A quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, il nous appartient de nous rassembler autour de lui et de mobiliser tous ceux qui veulent réellement l’alternance en France.

 

Groupe « Levalloisiens – Renouveau de la Droite et du Centre »
Arnaud de Courson, Frédérique Collet, Nathalie Mottez, Stéphane Geffrier, Séverine Lévy et Catherine Vaudevire.
NOUVELLE PERMANENCE : 36, rue Edouard Vaillant à Levallois.
Pour nous contacter : 07 61 77 92 92 ou levalloisiens@gmail.com et surtout www.levalloisiens.fr

 

 

  • Conseillers municipaux PS

 

 

Les Tartuffe

L’image de « monsieur propre » du candidat à la présidentielle de la droite et du centre n’aura pas fait long feu. Comme notre édile, il se trouve pris en pleine contradiction entre son discours moralisateur et  la réalité qui consiste pour lui à confondre bien public et intérêt personnel et familial.

Le plus regrettable dans ces affaires, c’est qu’elles jettent le discrédit sur tous les élus. Partout on entend « ils sont tous pareil», « ils sont tous pourris ». Les électeurs sont alors tentés d’excuser les malversations sur l’autel d’une immoralité généralisée. Il en est ainsi à Levallois, où les habitants accordent l’absolution au motif de la supposée réussite de la ville, selon les critères qu’on leur assène à force de propagande.

Et pourtant, il existe ici comme en France, dans toutes les familles politiques, des élus décidés à servir le bien commun et dont le dévouement est injustement entaché par les agissements de quelques uns qui réduisent leurs mandats à la prédation personnelle et familiale.

Aux Levalloisiens, nous rappelons que nous sommes trois élus d’opposition, en activité professionnelle, ne bénéficiant d’aucune indemnité, ne disposant d’aucun collaborateur payé par la mairie ou un parti politique, que nous devons prendre de nos temps personnels au détriment de nos engagements professionnels et familiaux pour défendre notre conception de l’intérêt général.

Nous œuvrons sans relâche à faire valoir notre conception de la justice sociale, du développement durable, de l’intérêt général sans en tirer aucun autre avantage que le sentiment d’être utiles aux Levalloisiens.

A titre d’exemple, notre travail a permis de révéler l’affaire Bygmalion à Levallois, d’identifier les affaires immobilières troubles comme celle des « Tours de Levallois » qui a fait perdre aux levalloisiens plus de 100 millions d’euros.

Parfois, nos initiatives ont été reprises par la majorité tels les Conseils de quartier. Nous regrettons toutefois leur forme actuelle n’accordant aucune liberté à leurs membres.

Cette réflexion pose la question de la rénovation de notre démocratie représentative. Si la transparence et le contrôle sont souhaitables, ils n’ont de sens que s’ils sont associés à une revalorisation du statut de l’élu. La qualité des élus s’apprécie dans les compétences individuelles et leur capacité à représenter la diversité de notre société.

A ce titre, il est indispensable de créer un véritable statut de l’élu en limitant le cumul des mandats dans le temps, tout en organisant les conditions pour que chacun, quelle que soit sa situation professionnelle, puisse un jour exercer un mandat électif.

Comment un salarié, un artisan, commerçant, chef d’entreprise peut-il prendre le risque du mandat électif alors qu’il n’est ni assuré de retrouver son emploi ou sa clientèle, ni même de voir son engagement électif valorisé par la suite ?

Il est indispensable de clarifier les conditions de reconnaissance des acquis de l’expérience des élus, de prévoir leur reconversion, de protéger les salariés. Les conditions d’indemnisation sont aussi un levier pour attirer les meilleurs vers les mandats électifs.

La qualité la gouvernance dépend pour partie de la qualité des élus.  Ne laissons pas les malhonnêtes triompher et emporter avec eux notre Démocratie. Ayons de bons élus pour mener de bonnes politiques.

 

« Une autre histoire pour Levallois » – PS – EE-LV
www.autrehistoirelevallois.fr

Anne-Eugénie Faure
Jean-Laurent Turbet
Dominique Cloarec